Nous sommes souvent confrontés à des problèmes environnementaux et beaucoup de solutions se sont présentées pour réduire notre impact négatif. Récemment, nous étions intéressés et même très curieux pour découvrir le résultat d’une semaine en mode Zéro Déchets ou Zero Waste (en anglais).

Le Zéro Déchets est un mode de vie qui consiste à réduire au maximum nos « décharges ». Ce style de vie a été vite adopté par de nombreuses personnes sensibles à l’environnement qui voulaient surtout vivre dans un monde plus propre.

Alors, 1 semaine Zéro Déchets nous fera quoi au juste ?!

Zéro Déchets pour 1 semaine

« Je me suis aperçue qu’on pouvait vivre en ville, garder une image moderne et élégante, faire un geste pour la planète et en plus de ça améliorer sa qualité de vie et ses finances. » nous révèle notre amie Anaïs.

Elle a commencé le zéro déchets en novembre 2015 avec ces trois buts principaux – Moins d’achat1% de plastiqueVivre par choix et non par habitude.
Ensuite, elle a donc commencé un compte Instagram où elle donne des conseils au quotidien en français puis en anglais, sous le pseudonyme de @frenchgreenlife.

Pour réduire nos achats, Anaïs nous conseille le suivant :

« La clef c’est de prendre son temps. Après cette phase d’observation sans achat j’ai décidé d’agir dans ma salle de bains car c’était vraiment LA pièce facile à changer pour moi; 95% de ce que j’achetais finissait à la poubelle :

coton démaquillant > disque lavable ;
gel douche + shampoing > savon solide ;
coton tige > oriculi ;
etc.

Bref en 6 ou 7 mois, en prenant bien mon temps (j’avais et j’ai toujours une vie à côté) j’ai enlevé la poubelle de ma salle de bains. J’avais plus de place, moins de produits transformés et dangereux sur moi, beaucoup plus d’économie car j’avais investi dans du durable et non du jetable, ma salle de bains était plus jolie sans plastique partout. »

Puis, pour le 1% de plastique :

« Le plastique c’est du pétrole, ça ne fait que 50 ans qu’on l’utilise à outrance et on ne connaît que trop peu ses effets secondaires, le sans BPA n’existe pas à 100% et en tant que designer je ne trouve pas ça très beau… Quand il est chauffé (le soleil suffit) il dégage des gaz… bref j’ai enlevé le synthétique le plus possible de ma vie mais soyons honnête ce n’est pas possible pour tout alors il reste 1%. Zéro textile en poly-truc, plus de bouteille d’eau qui a macéré au soleil (donc on boit des particules de plastique), acheter les choses le moins emballé possible, etc. »

Enfin, Vivre par choix :

« Le fait de me libérer de la surconsommation, de reprendre le contrôle de ma vie, de faire des choix utiles à long terme m’a fait comprendre qu’on n’a pas besoin d’être extrémiste pour être dans le développement durable. SURTOUT j’ai compris que le développement durable c’était pas aimer les coquelicots, manger bio et composter tout en s’enchaînant tout nu sur une centrale nucléaire pour protester. Le développement durable c’est revenir à une vie simple et je vous jure simple ne veut pas dire chiant. »

Anaïs conclut ; « Voilà les 3 points du zéro déchets qui ont été révélateur dans ma vie […], c’est un petit challenge au quotidien qui pimente la vie sans être obligé de faire Koh Lanta mais c’est tout aussi divertissant pour moi. »

Bonne expérience à tous et surtout partagez nous vos avis en commentant ci-dessous.

 

Vous pouvez également être intéressé à :

10 conseils pour réduire les déchets en voyage

10 solutions créatives pour recycler le Café et Thé

Manger Bio du jardin de votre logement en vacances – c’est possible !